06 49 10 11 69

L’isolation thermique

Que l’on aborde le problème sous l’angle du confort ou celui des économies d’énergie, l’ isolation thermique de l’habitat revêt aujourd’hui une importance capitale. Il s’agit à la construction comme à la rénovation d’opter pour les solutions les plus performantes. Architectes, constructeurs et fabricants de matériaux proposent aujourd’hui des solutions efficaces. Tour d’horizon de l’ isolation thermique moderne.

isolation thermique

Isolation de combles perdus par soufflage – Isocomble-Rodez

Isolation thermique : le principe

L’isolation thermique a pour objectif de limiter les interactions non voulues entre l’intérieur et l’extérieur d’un habitat. Il s’agit de limiter les déperditions de chaleur en hiver et de fraîcheur en été. Les ponts thermiques qui permettent ces interactions sont traqués et neutralisés. Pour ce faire, on cherche à la construction à isoler les murs (par l’intérieur ou l’extérieur), les combles, le sol et les entresols par l’utilisation de matériaux spécifiques mais aussi à équiper le logement de portes et fenêtres de qualité. La technologie permet aujourd’hui de dresser un bilan énergétique précis de l’habitat existant (par caméra thermique notamment) tandis que la technique offre elle les moyens de corriger les insuffisances détectées.

Fonctionnement de l’isolation thermique

Il existe autant de méthodes d’isolation que de problème à corriger ! Néanmoins, l’isolation repose toujours sur un matériau aux propriétés empêchant la conduction thermique. Quelle que soit sa nature, l’isolant se définit par sa résistance thermique. Cette dernière qui résulte du rapport entre l’épaisseur et la conductivité thermique du matériau s’exprime en m².°K/W. Plus cette résistance thermique est élevée plus le matériau est efficace contre les déperditions. De fait une bonne isolation des murs va supprimer l’effet paroi froide en hiver et l’effet paroi chaude en été. Un gain de confort et une diminution de la consommation énergétique du chauffage ou de la climatisation.

Installation

Les normes actuelles (Réglementation Thermique 2012) imposent un bon niveau d’isolation aux constructions neuves. Les maisons plus anciennes qui sont malheureusement parfois de vraies passoires énergétiques peuvent aisément être améliorées. La mise en place de 40 cm de ouate de cellulose dans les combles d’une maison en remplacement d’un isolant type laine minérale en flocon peut multiplier par 6 le temps de retenu c’est-à-dire la durée nécessaire au refroidissement après arrêt du chauffage. La ouate est disponible en vrac à installer par soufflage ou en rouleau à poser. L’isolation par l’intérieur des murs ne peut s’envisager elle que dans le cadre d’une rénovation complète.

Les prix

Les matériaux isolants ne sont pas particulièrement chers. Qu’ils soient issus de procédés industriels maîtrisés depuis longtemps comme le polystyrène ou du recyclage comme la ouate de cellulose, les isolants n’ont pas besoin d’être complexes et onéreux pour être efficaces. On les trouve en outre dans toutes les grandes enseignes de bricolage. Leur pose par un professionnel nécessite cependant un devis au cas par cas. Choisissez toujours un artisan Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) : une condition à l’éligibilité de vos travaux d’amélioration énergétique au Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique et à la prime énergie.

Quelques exemples de matériaux isolants, leur utilisation, leur résistance thermique et leur prix

Laine de verre 10 cm combles / murs R : 3,15 m² K/W 8,30€ m²
Ouate de cellulose 40 cm combles / murs R : 10 m²K/W 14€ m²
Plaque de polyuréthane 56 mm sol R : 2,60 m² K/W 14€ m²
Panneau polystyrène 40 mm murs/cloisons R : 1,20 m² K/W 5,20 € m²

Gardez à l’esprit que vos dépenses en matière d’isolation thermique seront vite amorties par les économies d’énergies réalisées. En outre sur le marché de la revente, un logement bien isolé se vend toujours mieux qu’un équivalent perfectible. La présence par exemple de double vitrage constitue aujourd’hui une exigence courante des acquéreurs de bien immobilier.

Bon à savoir : répartition moyenne de la déperdition énergétique dans un logement

– Toiture : 30%
– Murs : 25%
– Ventilation: 20%
– Surfaces vitrées : 13%
– Sols : 7%

Cessez de laisser vos euros s’échapper par les ponts thermiques ! Faites appel à un spécialiste pour un diagnostic précis de votre isolation. Une amélioration écoresponsable de votre habitation : l’isolation thermique c’est moins d’énergie consommée donc moins de CO² rejeté ! Un projet gagnant pour vous et la planète.

eldotravo

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *